Prendre contact
Lot VF 60 Mahamasina Nord – Antananarivo 101, Madagascar
craad.madagascar@gmail.com
Ph: +261 32 60 343 61

Forum Public sur la Dette Climatique et la Transition Énergétique à Madagascar

Antananarivo, le 02 octobre 2023 – Dans le cadre de sa campagne sur la Justice Climatique et la Transition Énergétique lancée au mois d’août 2022, le CRAAD-OI a organisé un Forum Public inédit le 29 septembre 2023 à l’Hôtel Colbert Antaninarenina, ayant pour but de débattre des enjeux cruciaux liés à la dette climatique et à la transition énergétique à Madagascar. Avec l’intervention de Mme Zo Randriamaro, Coordinatrice du CRAAD-OI, Serge Zafimahova, Consultant et Heriniaina Raveloharison, Chef de Division Financements Extérieurs – BNCCREDD+, cette initiative a rassemblé des représentants des communautés et des groupes sociaux directement touchés par les crises climatique et énergétique, ainsi que des entités étatiques concernées et des parties prenantes clés.

Contexte : la dette et le financement climatique

Au cœur des préoccupations de la campagne du CRAAD-OI se trouve la question de la dette climatique et du financement climatique. Les pays riches, ayant largement contribué au changement climatique, sont appelés à réparer les dommages causés par leurs émissions excessives. Cela implique de fournir une assistance financière significative, d’annuler la dette des pays vulnérables, et de s’engager dans des actions concrètes telles que l’abandon progressif des combustibles fossiles.
Malheureusement, les financements climatiques actuels sont loin de répondre aux besoins. Actuellement, 71 % des financements publics pour le climat sont accordés sous forme de prêts, ce qui aggrave la dette extérieure des pays les plus vulnérables face à la crise climatique.
Madagascar, malgré sa contribution minime aux émissions mondiales, subit de manière disproportionnée les impacts du changement climatique. Cette surexposition aux pertes et dommages continue de le piéger dans un cycle de dette et de déficits budgétaires, entravant ainsi sa capacité à lutter contre le changement climatique et à poursuivre les objectifs de développement durable.

Les chiffres alarmants de la dette malgache

Comparé à l’année 2022, la dette extérieure de Madagascar a augmenté de manière significative en 2023, atteignant 60 % de plus en termes de remboursement. Cette dette élevée limite sévèrement la capacité du pays à répondre aux besoins essentiels de sa population, notamment en matière de services publics, de relance économique après la pandémie de COVID-19, et de transition vers une énergie propre.
En plus du fardeau de la dette, Madagascar fait face à des coûts d’opportunité énormes dus aux catastrophes naturelles croissantes liées au changement climatique. Le changement climatique et ses impacts ne sont pas pris en compte dans les projections budgétaires, obligeant le pays à s’endetter davantage pour la reconstruction et la récupération.
D’après le FMI, « dans le cadre d’un scénario macroéconomique ajusté au climat qui inclut tous les besoins humanitaires et de reconstruction après une catastrophe, et en supposant que le gouvernement couvre entièrement ces besoins, la dette deviendrait rapidement insoutenable et dépasserait 85 % du PIB d’ici 2040.(*)

La dette climatique et la transition énergétique

La relation complexe entre la dette climatique et la transition énergétique est au cœur des discussions actuelles sur la justice climatique. La Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) reconnaît l’injustice climatique et exhorte les pays les plus responsables des émissions à soutenir financièrement les transitions vers un développement économique durable et décarbonisé.
Certaines voix plaident pour permettre aux pays du Sud, comme Madagascar, d’exploiter leurs réserves de combustibles fossiles pendant que les pays riches réduisent leurs émissions. Cependant, cette approche pourrait aggraver le changement climatique et les risques financiers pour les pays du Sud.
De plus, les entreprises multinationales et les alliés étatiques cherchent à affaiblir les mesures de régulation climatique internationale via le Traité sur la Charte de l’Énergie, menaçant ainsi les engagements en faveur de la décarbonisation et de la transition énergétique.

Un appel à l’action collective

Face à ces défis colossaux, Madagascar doit réunir toutes les parties prenantes pour définir des stratégies appropriées pour échapper au piège de la dette et promouvoir une transition énergétique bénéfique pour le pays et la planète. Une action coordonnée et puissante est nécessaire pour garantir le droit à un environnement sûr, propre, sain et durable, ainsi que le droit au développement pour tous les citoyens malgaches.
C’est dans cet esprit que le CRAAD-OI a organisé le Forum Public sur le thème “La Dette Climatique et les Enjeux de la Transition Énergétique pour Madagascar.” L’objectif est de réunir la communauté pour discuter de ces questions cruciales et envisager des solutions viables pour l’avenir de Madagascar. Le temps de l’action est venu, et la voix de Madagascar doit être entendue dans le débat mondial sur la justice climatique et la transition énergétique.

(*) FMI, 2022. RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR. RAPPORT D’ASSISTANCE TECHNIQUE—PROGRAMME D’ÉVALUATION MACROÉCONOMIQUE DU CLIMAT

https://www.craadoimada.com/wp-content/uploads/2023/10/Brochure-Transition-energetique-2_compressed.pdf

https://www.craadoimada.com/wp-content/uploads/2023/10/Brochure-terre-rare-1_compressed.pdf

 

We use cookies to give you the best experience.