Prendre contact
Lot VF 60 Mahamasina Nord – Antananarivo 101, Madagascar
craad.madagascar@gmail.com
Ph: +261 32 60 343 61

CE POURQUOI LES GOUVERNEMENTS AFRICAINS DOIVENT SE BATTRE A LA COP27

Les délégations africaines doivent exiger des réparations pour les pertes et dommages, que les combustibles fossiles restent dans le sol et que les fausses solutions soient abandonnées.
Le changement climatique reste le plus grand « défi existentiel » de l’Afrique et nous en ressentons déjà les effets. Le cyclone Batsirai a déplacé 150 000 personnes à Madagascar en février dernier, aggravant les effets de la pire sécheresse qu’ait connue le pays en 40 ans. La « bombe de pluie de Durban » en avril a provoqué des inondations dans tout le KwaZulu-Natal en Afrique du Sud, détruisant des milliers de maisons. Les tempêtes de poussière font des ravages dans la région du Sahel. Et des millions de personnes risquent de mourir de faim dans la Corne de l’Afrique après quatre années de pluies insuffisantes . La dégradation du climat a également sapé la sécurité alimentaire de centaines de millions de personnes et alimenté des conflits violents.
Les défis liés au changement climatique sont bien sûr confrontés dans le monde entier, notamment sous la forme de vagues de chaleur, d’inondations et de sécheresses sans précédent. Mais dans les pays du Sud, ces effets sont ressentis dans un contexte de faible capacité d’adaptation au climat. En Afrique, le pillage à grande échelle des ressources naturelles pour répondre à la surconsommation des élites a entraîné une augmentation de la pauvreté. L’agriculture industrielle, la sylviculture et la pêche ont poussé les systèmes écologiques au bord de la destruction et sapé le développement local.
La prochaine COP27 a mis l’accent sur la vulnérabilité climatique de l’Afrique ainsi que sur le non-engagement de l’hémisphère nord sur ses promesses de la CCNUCC. Le récit de la « transition juste » est enfin reconnu par les gouvernements après des années de luttes communautaires.
Dans le même temps, cependant, nous vivons une poussée plus forte vers l’enracinement du colonialisme de l’énergie sale. Les opérations de combustibles fossiles se développent en Afrique du Sud ; le pétrole et le gaz sont explorés au Zimbabwe et en Côte d’Ivoire ; les réserves offshore sont davantage exploitées au Nigeria et au Mozambique, pour ne citer que quelques exemples. De plus, la guerre en Ukraine a récemment suscité une nouvelle poussée d’extractivisme. Les pays du Nord encouragent les investissements dans les combustibles fossiles en Afrique – où 400 milliards de dollars de nouveaux projets de gaz naturel sont en cours – tout en acceptant du bout des lèvres l’idée d’une réduction progressive du pétrole et du gaz.
De plus en plus de preuves montrent que cette exploitation n’apportera pas de bénéfices à long terme au continent. Les seuls gagnants seront les pays riches et les sociétés transnationales cherchant à faire d’énormes profits. Ces sociétés pétrolières et gazières planifient 195 projets pétroliers gigantesques à travers le monde qui produiront 646 gigatonnes d’émissions de CO2 sans frontières qui nous affecteront tous et nous feront dépasser les limites de température convenues au niveau international. Pendant que ces « bombes carbone » sont poursuivies, les pays et les entreprises du Nord mondial proposent également de fausses solutions telles que les marchés du carbone, la compensation carbone, l’idée de « zéro net » et la géo-ingénierie.
Dans ce contexte, nous appelons notre délégation africaine à promouvoir les résultats suivants lors de la COP27, du 6 au 18 novembre :
Les financements climat doivent être augmentés pour atteindre les objectifs fixés. Il devrait être sous forme de subventions et sans dette. Il devrait cibler les communautés les plus vulnérables en première ligne de la crise climatique en Afrique, y compris les femmes rurales productrices d’aliments.
Des engagements clairs doivent être pris en matière de réparation des pertes et dommages . Nous devons garantir le pollueur-payeur historique. Les grands pollueurs ont une énorme dette climatique qui doit être honorée et payée aux communautés autochtones et autres opprimées en Afrique et dans les pays du Sud en fonction de l’impact de la crise climatique sur eux. L’hémisphère nord doit compenser de manière juste et équitable les pertes et dommages subis par ceux qui sont les plus vulnérables et les moins responsables de la destruction de leur environnement. Il est nécessaire de passer d’une plate-forme de négociation ouverte sur les pertes et dommages à une installation d’urgence avec des cadres de responsabilité.
L’agroécologie paysanne et les autres modèles de production et de distribution alimentaires durables fondés sur la souveraineté alimentaire doivent être reconnus, respectés et soutenus comme des alternatives au système alimentaire industriel. Les gouvernements devraient augmenter les allocations budgétaires nationales à l’agriculture et protéger les semences et les systèmes semenciers locaux, guidés par le principe du consentement libre, préalable et éclairé (et continu) des petits producteurs et consommateurs de denrées alimentaires.
Les pays riches doivent mettre fin à leur hypocrisie climatique et les fausses solutions doivent être abandonnées, y compris le « zéro net », l’échec des mécanismes d’échange et de compensation des émissions, et les solutions technologiques telles que la géo-ingénierie et la modification génétique. L’énergie nucléaire, les grands barrages et les modèles d’économie «verte» et «bleue» doivent être qualifiés d’arnaques et abolis.
Les gouvernements et les financiers doivent s’engager à laisser les combustibles fossiles dans le sol et à arrêter toute nouvelle exploration. Nos gouvernements devraient rediriger les réserves existantes vers l’élimination progressive des combustibles fossiles et s’engager en faveur d’une transition énergétique juste.
Nous devons nous concentrer sur la transformation de notre système énergétique . Des idées telles que la suffisance énergétique pour tous, la souveraineté énergétique, la démocratie énergétique, l’énergie en tant que bien commun, 100 % d’énergie renouvelable pour tous et l’énergie renouvelable appartenant à la communauté peuvent nous aider à passer d’urgence à un mode de vie juste et en harmonie avec la nature .
Le Nord global doit arrêter son colonialisme de déchets consistant à déverser des déchets dans le Sud global. Toutes les parties doivent s’engager à exclure la valorisation énergétique des déchets des plans climat. Les gouvernements doivent arrêter l’expansion pétrochimique, réduire la production de plastique et éliminer progressivement le plastique et les emballages à usage unique. Ils doivent investir dans des mesures de réduction des déchets et des systèmes d’économie circulaire zéro déchet. Les entreprises polluantes devraient être rendues responsables de la pollution plastique et de leur énorme contribution au réchauffement climatique, conformément au principe du « producteur-payeur ».
Conformément aux déclarations des Nations Unies sur les droits des paysans et les droits des peuples autochtones, la COP27 doit respecter et défendre les droits des personnes face à l’injustice climatique. Les cadres juridiques nationaux devraient être révisés pour refléter cela et renforcer les droits des femmes et leur protection contre la violence. Nous sommes solidaires avec Cabo Delgado au Mozambique, Okavango en Namibie, et toutes les communautés et territoires touchés par les conflits et les guerres des ressources, ainsi que tous ceux touchés par l’East African Crude Oil Pipeline (EACOP) et le West African Gas Pipeline (WAGP ). Les actions qui perpétuent l’injustice, poussent l’exploitation des ressources naturelles et déplacent les communautés au faux nom du climat doivent faire place à une transition équitable et juste dans les domaines de l’énergie, de l’agriculture et des mines.
Une nouvelle Afrique est possible. Nous avons besoin de justice climatique maintenant.
PAR AFRICA CLIMATE JUSTICE COLLECTIVE11 OCTOBRE 2022

We use cookies to give you the best experience.